QUOI FAIRE …. contre immigration de masse en europe – Chapitre 2 SECTEUR SANTE PUBLIQUE

Chapitre 2

La SANTE de nos populations européennes

       per 25 décembre 2011 version provisoire, en construction

                                                           DROITS D’AUTEUR RESERVES.

La sante publique entre dans nos discussion pour diverses raisons :

D’abord par  les changements dans notre démographie européenne avec un groupe toujours croissant de personnes âgées qui auront besoin d’assistance personnelle la pénurie en Europe de personnel capable de traiter les malades devra être adressée. Comment ? Diverse solutions mais pour l’immédiat aussi celle d’une augmentation forte et une demande d’immigration extra-européenne forte, presque de masse.

Ce phénomène doit être vu aussi sous la lumière des peuples extra-européens qui eux aussi auraient besoin de médecins, rares aussi en Afrique et formes avec un effort national considérable.

La deuxième raison est que pour survivre, ou «pour tenir son rang», l’Europe doit en toutes les manières en dans toutes les classes d’Age  favoriser la productivité et donc surveiller bien la sante de ses populations Une sante amélioré de nos populations comporterait  un gain de productivité pour notre continent et diminuerait donc le poids de l’argument selon lequel pour soutenir nos systèmes de retraites et de système social il nous faudrait (hypothèse fameuses des Nations Unies de 2001)  une centaine de millions (je raccourci, mais l’argument arrive à ce point comme le montre aussi .Michèle Tribalat.) d’immigrants extra-européens.

Si nous prenons un seul des éléments mentionnés ci-dessus il devient clair que nous ne devrions pas continuer à importer les nombres de médecins de l’Afrique en appauvrissant ce continent qui en a besoin. Sur cela on peut voir notre remarques dans le Chapitre Méditerranéen et Afrique sur les thèses d’Immigration Choisie  oui. Mais choisie par qui ? Par une Europe riche contre une Afrique pauvre. Immigration cible ? Oui mais avec un cible qui ne porte pas loin et qui reste dans les effets immédiats sans considérer les effets à long terme tant pour nous que pour l’Afrique

La conclusion devrait être une exigence de former chez nous avec nos propres gens plus de médecins et  d’assistants dans les soins de la sante La devront intervenir des adaptations dans nos politiques fiscalité  et d’éducation.

Mais pas seulement dans ces deux domaines.

Un travail social et culturel chez nous semble aussi nécessaire. Dans les dernières décennies les soins de santé se sont  commercialisés, ou le patient n’est plus « patient » mais devient « utilisateur, acheteur de services », et le médecin  n’est plus le médecin conseiller de la famille. Mais  « producteur », prestataire de services ponctuels, le total des relations devenant partie de l’économie du marché.

Cela a comporte  une diminution du statut social et culturel des médecins qui  ont vu leur vocation spirituelle, culturelle, sociale diminuée. S’ils étaient autrefois de hauts « artisans » de la sante dans sa complexité totale, visant les personnes entières même dans leur contexte social et culturel, ils deviennent des techniciens. Ce changement dans nos mœurs de parler et d’agir diminue pour nos jeunes l’intéressement de poursuivre la carrière  de médecin. . C’est grave et il faudra au noble métier et vocation redonner toute l’importance (Voir les lamentations du médecin Fréderic Rouillon « La médecine se meurt »  voir Polemia  …..)

La sante dans son importance pluriforme

Quand nous ne regardons pas seulement la fonction des médecins mais toute l’activité multiforme dans le champ de la sante publique la participation de bien d’autres acteurs se montre comme nécessaire. Par exemple pour la prévention de maladies il y a des ONG et des initiatives dans beaucoup de pays pour améliorer la nutrition. Des hommes politiques peuvent penser à des  impôts supplémentaires pour des matières ultra grasses qui augmentent l’obésité (Danemark) et les maladies connectées à l’obésité ou à des règles (comme en France depuis 20 octobre 2011) pour une meilleure diethique dans les cantines scolaires.

Entre services et traitements à la maison ou en hôpital. On est largement d’accord que la première devrait avoir la priorité. Mais pour arriver à cela il faudrait inventer  des services multisectoriels et capillaires. Nous, européens, – pour reprendre une comparaison avec la Chine de Mao Tse Tong pourrions avoir besoin de  « barefoot docteurs », des médecins et des infirmiers déchaussés.

Comment leur donner un salaire adéquat, cela comporterait à une révision ou l’utilité des différents métiers trouverait une balance pour nos besoins futurs.

Dans quelques pays un service militaire devenue service civique a eu un rôle dans les services de santé (Allemagne)  Il pourrait être intéressant de voir dans quelles circonstances cette solution fut préférée, et si tel instrument avait une possibilité durable ou bien dans ce cas fut seulement une solution d’émergence.

Pour ce qui concerne les choix entre traitement à la  maison ou en hôpital on voit de grandes différences entre les pays. La Suisse fait des dépenses pour des soins de santé institutionnels à la hauteur de 1.8% du produit national brut, et pour les soins à domicile seulement 0,3%. Il y a pourtant déjà des pays qui favorisent les soins à domicile, mais ils sont encore peu nombreux: le Danemark, l’Autriche, la Pologne.  Les différents pays pourraient avantageux de  se communiquer plus fréquemment sur de tels choix. Il est donc naturel que l’OCDE en fait une etude  (note « Learning to Care », OECD Observer ISBN 978-92-64-09758-2  Help Wanted? Providing and Paying for Long- Term Care)

Pour notre sujet concernant l’immigration l’option de traitement a la maison aurait la preference parcequ’elle diminuerait la necessite de faire venir des extra-europeens.

Pour les soins medicaux l’automatisation pourra nous aider aussi et diminuer le besoin en travail humain.Cela de nouveau diminuerait notre besoin de faire venir des immigrant du dehors de l’Europe  (voire « Ces robots qui vont devenir vos meilleurs amis »   Raphaële Karayan -publié le 26/03/2011 à 10:45  Access the book online   )

Est-ce que les PME auront-elles aussi des taches dans ce secteur ? Bien sur par exemple en  organisant des services et l’education du personnel temporaire. Le nombre de ces PME est déjà grand.Le gouvernment aura aussi une tache a faire regner entre ces entrerises une competition juste.  Par exemple un cas aux Pays Bas montre (27 december 2010  Wilma van Meteren FNV ) que les syndicats neerlandsi dans ce secteur proposent  de terminer l’aide aux familles par des immigrant illegaux parce que ce secteur rend les services des petites entreprises qui s’y dedient plus difficils. Par contre ils envisagent des deductions amples dans  les impots [i]

Dans le secteur des activités capillaires qui ont dans nos sociétés une importance pour la sante publique on peut aussi penser à la promotion des sport. Et pas seulement pour la jeunesse comme l’exemple suivant le démontre.

En coopération avec les Compagnies d’assurance  pour les soins médicaux des associations ont pensé à lancer tout un programme même à échelle nationale de promouvoir des matinées ou soirées de dance pour les seniors. L’idée de base est que par une pratique fréquente de la danse de salon ou de danse folklorique, les seniors gagneront en force et en dextérité musculaire ce qui les protégerait contre le danger de faire de mauvaises chutes et de se casser une jambe.

. (Brochure « Goede praktijk voorbeelden valpreventie ». Olga Commandeur « Mag ik deze dans van U ? »  Me permettez-vous de vous inviter  à danser ? ») Les  pays qui one une bonne tradition de danses folkloriques, La Grèce, l’Espagne, les pays du Balkan, mais aussi quelques régions chez nous, Bretagne et autres) ont eux aussi un trésor à mettre à profit.

Quand il y a encore quelques années durant nos visites en Chine nous étions émerveillés de voir les groupes de personnes s’exerçant sur la place publique nous venons de voir plus souvent des exercices proposes  dans nos propres pays.

Dans le cas de ces danses proposées, les intérêts des seniors et celui des Compagnies d’Assurance se rejoignent parfaitement, et s’y joint même l’intérêt de la nation et du continent entier puisque le quota des soins  médicaux comme part du Produit National Brut  nous inspire de graves préoccupations. Aux États Unis c’est un quota de 17% et ce phénomène accroît  les doutes de ceux qui pensent que le modèle Américain n’est pas durable.

Il n’y a aucun doute que la participation plus élargie de personnes privées dans l’assistance aux malades ou aux seniors isoles est appelé à un futur important surtout si les volontaires peuvent à leur tour être aides  par des services organises en commun. (Voir exemple à Paris …..)

Le partage de taches entre hommes et femmes pourra aussi changer et amélioré si nous prenons garde de ne pas mêler cette bonne chose avec les désagréables activités des adeptes de la théorie « gendre ». Souvent liées aux mouvements homosexuels.

Sur ce dernier phénomène voir aussi le messager  « Talpa » à Bruxelles qui met bien en lumière a quel degré l’activisme de ces groupement cherche à occuper la place publique (…….. de sorte que même des membres Commissaires de la Commission come Viviane Reding se laissent entraîner ou font propagande contre des pays qui « tiennent la digue» comme la Romanie et la Hongrie.

Il va sans dire qu’une fertilité accrue sera aussi nécessaire et sera en elle-même un signe de meilleure sante retrouvée. Outre signe de meilleure sante elle apportera des possibilités mieux garanties pour continuer avec les services sociaux. Qui autrement (avec une continuation de la dégringolade démographique) seront en danger. (John Flyn  1110 Low fertily and low economic growth).

Durant quelques années il fut  de coutume de parler d’un dividende démographique dans les cas ou dans un pays par la diminution temporaire de l’accroissement de la population une augmentation dans les revenues par capita fut rendu possible. Aujourd’hui on prend à juste titre la précaution de ne plus parler dans ce cas d’une « dividende démographique » mais plutôt d’un emprunt démographique, emprunt qu’il faudra repayer durement dans le futur.

Lie à de telles considérations sont aussi les mesures nécessaires pour une meilleure éducation  des enfants, puisque les mêmes causes qui occasionnent une perte de démographique (mariages brises etc.) portent aussi des dégâts à l’éducation des enfants. et de nouveau ultimement a la productivité nationale. Il faudra préserver cette nouvelle génération des montages « gendre » qui risque de les mettre sur un mauvais chemin.

La santé mentale

Si nous devrons améliorer et réduire les coûts pour la santé de nos corps, l’importance de la santé mentale n’exigerait pas moins.

Nous y retournerons naturellement dans le chapitre sur l’éducation, mais le besoin se trouve dans un cercle bien plu large. Résister donc ou mettons des marges a la propagande pour la « théorie du genre » qui est destructive pour la mentalité de nos enfants et démolie pour les plus grands la perspective de la procréation. Ceci est un chapitre de la plus grande importance pour la sante publique. La démographie est au moins une mesure de la sante publique et donc aussi de la santé mentale

Éducation religieuse

L’éducation religieuse rétablie et poursuivie plus méthodiquement  avec catéchisme etc., sera aussi nécessaire pour la santé mentale et spirituelle de nos peuples européens. Mais les adultes eux aussi ont leurs faiblesses et ont besoin d’appui. Une censure efficace sur la pornographie pourra les aider à tenir la bonne route et d’éviter de graves dégâts. Telle censure peut être une épée a double tranche : elle aidera à diminuer la consommation mauvaise, t donc aussi de la circulation de gains dans de mauvaises mains, et elle pourra libérer les producteurs (et des capitaux) a chercher des activités  plus utiles à la société entière.

AGOS


Note [i]  En Neerlandais : FNVmaakt vuist voor hulp aan huis. Trouw Nederland . Door zwartwerken kunnen special bedrijven moeilijk werken en vervangers aanbieden   belastingaftrek voor de particulieren die een hulp aan het werk hebben. Ook de duizenden hulpen zonder verblijfspapieren zouden in deze regulering moeten worden meegenomen.

Advertisements

About dutasia

Former Ambassador of the Netherlands, presently National Commissioner for Thailand and for Indonesia in the ICC, the International Chamber of Commerce, the World Business Organization. Chairman of China Carbon Forum in Beijing, China.
This entry was posted in Immigration into Europe, Migration issues, Uncategorized and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s